Mon enfant ne mange presque rien, que faire ?

Enfant difficile avec un appétit d’oiseau.

L’alimentation de sa progéniture fait partie des principaux soucis des parents qui confrontés à  un enfant qui mange peu s’inquiètent, se posent mille questions. Faisons le point sur le manque d’appétit des enfants à  table.

Si un enfant qui mange bien est un enfant en bonne santé, un enfant qui mange peu n’est pas pour autant un enfant malade ! L’attitude des enfants face à  leur assiette n’est pas la même pour tous. Votre enfant a un petit appétit ?

Chaque jour, l’heure de passer à table est synonyme de bataille pour les parents dont l’enfant ne mange que très peu.
Le refus obstiné de bon nombre d’aliments, les petites quantités ingérées, le « non » répétitif face à une assiette pleine transforment en effet le moment du repas en une véritable situation de stress tant pour l’enfant que pour ses parents.
Que faire face à un enfant qui refuse de manger ce que sa maman lui a préparé avec tant d’amour ? Comment ne pas céder à l’angoisse, la colère et le stress.
Parce qu’un enfant qui a un bon appétit est associé à un enfant en bonne santé, à contrario, la crainte que son enfant ne s’alimente pas suffisamment arrive en première position chez les parents.

Pourquoi ne pas s’inquiéter inutilement ?

Avant de s’alarmer inutilement il convient de dire qu’il est tout à fait normal et fréquent qu’un enfant soit réticent face à la nourriture notamment au cours des premières années de sa vie. Certains ont ainsi besoin de temps pour s’habituer à de nouvelles saveurs, à une nouvelle consistance des repas.
Pendant toute l’enfance, l’appétit peut chez certains enfants être un facteur imprévisible et inconstant avec des hauts et des bas face à l’acceptation des aliments.

Pour grandir, un enfant n’a pas besoin de manger beaucoup à chaque repas. En réalité, la quantité réelle de nourriture dont il a besoin est très réduite.
Dans la mesure où l’enfant est vif et regorge d’énergie, nul besoin de s’inquiéter !
En cas de doute, mieux vaut s’en remettre à son pédiatre qui lors des visites de contrôle, peut contrôler le poids et la croissance de l’enfant et à partir des courbes établies voir si sa croissance est normale.

Il faut savoir que généralement un enfant une fois passés ses 18 mois, mange moins car son rythme de croissance se ralentit considérablement et avec lui son besoin en calories.
Par ailleurs, sa curiosité se développe, l’enfant veut toucher, voir, entendre tout ce qui l’entoure et est par conséquent moins attiré par la nourriture qui passe au second plan.
La dentition peut également avoir une incidence : la gêne constituée par les gencives lors de la mastication rend la prise de repas peut agréable.

Ne pas transformer le repas en conflit

Le fait qu’un enfant « ne mange pas » ne doit pas devenir le problème numéro 1 de la famille.
Il ne faut pas oublier que dans notre société moderne, le nombre d’enfants sous-alimenté est fort heureusement quasiment nul.
La grande variété d’aliments désormais disponibles pour tout un chacun fait que chaque enfant trouve ce dont il a besoin pour grandir même si cela ne correspond pas aux souhaits de ses parents.
Il est alors vivement conseillé de respecter les goûts de l’enfant, en évitant de le contraindre à manger ce qui ne lui plait pas afin de ne pas créer de répulsions à la nourriture qui pourraient le poursuivre toute sa vie durant.
Inutile donc de forcer un enfant à finir son assiette ! Servez-lui de petites quantités de nourriture afin de ne pas le décourager et si l’assiette n’est pas parfaitement vide, ne dramatisez pas.
Cela ne veut pas pour autant dire accepter passivement chacune de ses envies mais faire preuve de diplomatie plutôt que d’autoritarisme excessif.
Proposer à l’enfant régulièrement un plat qu’il aura refusé quelques jours plus tôt lui permettra par ailleurs de se familiariser avec l’aspect, l’odeur…
Il a été démontré que les préférences alimentaires des adultes dépendent non seulement d’aspects suggestifs à chacun mais aussi des saveurs que l’on a pu goûter enfants et de la culture dans laquelle nous avons été élevés.
La patience est de rigueur face à un enfant dit « délicat » afin de respecter son rythme et de lui laisser le temps d’apprivoiser ce qu’il a dans son assiette.

Eviter le stress pour faire du repas un moment agréable pour tous, tel est le rêve de tout parent dont l’enfant ne mange pas ou peu.
En ce sens, la culpabilité d’une maman face à son enfant qui mange moins que le petit cousin ou le fils de la voisine, doit impérativement être effacée.
Chaque enfant a sa propre constitution, ses propres besoins alimentaires et ses rythmes.
L’alimentation ne doit pas laisser lieu à un concours.
Mettre son angoisse de côté, c’est aussi un moyen pour les parents de ne pas systématiquement proposer à l’enfant « son » plat préféré pour être sûr qu’il s’alimente. Il est important de proposer les aliments à l’enfant même si l’on sait par avance qu’il les refusera. Un jour ou l’autre, il est fort probable qu’il finira par goûter et apprécier le plat en question, à la table familiale ou à la cantine.

4 thoughts on “Manque d’appétit à table

  1. Bonjour, mon petit fils de 12 ans a depuis quelques années un appétit d’ oiseau et nous trouvons que cela devient alarmant devant son refus de manger, c’ est un problème à chaque repas. Le spécialiste qui le suit vient de lui préconiser un antidépresseur estimant que le stress est le responsable car ce petit garçon d’ une gentillesse exceptionnelle voit des fantômes et des esprits dès que la nuit tombe au point qu’ il est souvent à faire des gestes qui pour lui le protègent et cela sans que personne ne puisse s’ en rendre compte, il faut vraiment faire très attention.
    Avez vous une autre solution que les antidépresseurs ? Merci

  2. Bonjour, mon fils a un peu plus de 4 ans, et il a de temps à autre des périodes où il ne mnge quasi rien, même pas ses tartines, il adore le sucré(biscuits etc.., mais j’essaie d’éviter un max.par contre il est en bonne sante, il est très actif et bien éveillé, sa courbe de croissance est normale, son pédiatre me dit de ne pas m’inquiéter,( je lui fais confiance) de ne pas l’obliger à manger (mais des fois je me vois obligé de lui faire du mini chantage( mais pas de promesse mensongère pour qu’il mange ne serait-ce qu’un ptit peu.Voilà, donc je le surveille de près.Disons que j’essaie de ne pas trop m’inquiéter puisqu’il est en bonne santé, il suffit juste d’être patiente.

  3. bonjour,
    je suis une mamie un peu inquiète depuis l’age de 15 mois mon petit-fils refuse de manger à part son biberon et quelques gateaux il a maintenant 4 ans et il ne veut pas manger de viande de yaourts natures à la cantine c’est un desastre il refuse de se nourrir ma fille est aussi inquiète mais le médecin de famille et pédiatre disent que sa courbe de poids monte petit à petit il pèse 13 kgs pour 4 ans. pouvez-vous me donner des conseils et me rassurer.
    avec mes remerciements.
    Cordialement.

  4. Bonjour
    Ma fille a 3 ans et demi et refuse obsitnément de manger
    elle avait déjà un appetit d »oiseau cet été, mais là, depuis une grippe qui a duré une semaine et dont elle est guérie depuis 15 jours elle ne mange quasiment rien: le médecin m’avait prévenue quand pendand qu’elle sera malade, elle ne mangera pas gransd chose,; mias depuis sa guérison elle ne touche pratiquement plus à la nouritture: seuls ses biberons de nesquik et des gqteaux parfois une pomme ou un autre fruit la nourissent

    dois-je consulter ou attendre que son appetit revienne ?. je m’inquiète car dans mon entourage et à la maternelle, elle ne mange quasiment rien non plus…
    et elle est très pâle et ses yeux commencent à être cernés de violet
    QU’EN PENSEZ VOUS ? merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *