Droitier ou gaucher, quelle est la norme ?

Mon enfant écrit de la main gauche.

Conseils pratiques à l’attention des parents dont l’enfant est gaucher. Quelle attitude adopter, doit-on s’inquiéter ?

L’époque où l’on tapait sur les doigts des enfants gauchers pour les forcer à devenir droitiers est fort heureusement révolue, mais des problèmes d’ordre pratique demeurent.
Découvrons ensemble la vie d’un enfant gaucher, les raisons de cette aptitude, ses spécificités et les bons gestes pour faciliter l’apprentissage de l’enfant.

Léonard de Vinci, Napoléon, Einstein et Picasso pour ne citer qu’eux étaient indiscutablement des génies qui devinrent des symboles incontestés de l’histoire, de la culture, de la science ou de l’art… mais tous avaient un point commun, celui d’être gaucher !

Tantôt redoutés, décriés pour être enfin respectés voire admirés en raison de leurs capacités intellectuelles particulières, les gauchers ont depuis toujours suscité l’intérêt des chercheurs et scientifiques.

La culture de la superstition
L’association du côté gauche à la malchance remonte à la nuit des temps, et encore aujourd’hui traiter quelqu’un de « gauche » n’est pas des plus élogieux !
A l’époque de nos parents ou grands-parents, le fait d’être gaucher a, à tord, été considéré comme une anomalie qui devait être corrigée dès le plus jeune âge, parfais en appliquant des méthodes quelque peu barbares…

Une attitude de toute évidence non fondée qui a, au grand bonheur des gauchers, disparue faisant des gauchers des êtres normalement considérés et libres d’utiliser leur main gauche pour écrire, manipuler un objet…

Explication scientifique du gaucher
L’intervention a pu déterminer la cause de cette diversité qui réside exclusivement dans un facteur biologique et physique.

Notre cerveau, en effet, est composé de deux hémisphères, le droit et le gauche.
Le premier qui est le lieu des émotions et de l’intuition, régit les fonctions motrices du côté gauche de notre corps alors que l’hémisphère gauche, où se situent le raisonnement et le langage, régit la partie droite et est généralement dominant par rapport à l’hémisphère droit.

Dans le cas d’enfants gauchers en revanche, la prédominance se situe au niveau de l’hémisphère droit qui donc commande le côté gauche du corps, raison pour laquelle ce côté est le plus utilisé par l’enfant, faisant de lui un gaucher.

L’hérédité joue un facteur déterminant. Ce qui ne signifie pas nécessairement que deux parents gauchers auront forcément un enfant gaucher, mais cette caractéristique pourra être récurrente pour les générations à venir.

A quel âge peut-on découvrir que son enfant est gaucher ?

Jusqu’à l’âge de 12-18 mois, les enfants utilisent indifféremment la main gauche et la main droite sans préférence particulière.
Ce n’est qu’à partir de 18 mois, qu’une spécialisation d’un côté par rapport à l’autre se manifeste.
Il est alors important de laisser l’enfant saisir naturellement un jouet, sa cuillère, sa tétine, son doudou comme bon lui semble, sans l’inciter à préférer une main à l’autre afin de ne pas le freiner dans sa préhension des choses et donc dans son évolution tactile et psychomotrice.
En effet, le fait d’être gaucher se manifeste certes au niveau des mains mais aussi des jambes, des pieds, des yeux et même des oreilles.

Être gaucher pose-t-il des problèmes ?
Dans une société organisée sur la base de l’utilisation de la main droite, il est indéniable que le fait d’être gaucher pose quelques désagréments d’ordre pratique mais qui restent mineurs. Le premier petit souci se présente lors de l’apprentissage de l’écriture pour le jeune enfant.

Si les parents sont droitiers, l’enfant pourra parfois avoir du mal à reproduire le geste, ou les parents à le montrer.

Par ailleurs, l’enfant gaucher, en écrivant recouvre immédiatement les mots écrits de sa main (gauche) au fur et à mesure qu’il avance sur sa ligne, ce qui peut demander à l’enfant une plus grande concentration afin d’éviter des erreurs et peut entraîner une légère difficulté dans l’apprentissage des techniques d’écriture.

Il ne s’agit toutefois que d’un léger frein temporaire dans l’avancement de l’apprentissage qui est quoi qu’il en soit bien vite rattrapé et n’est pas comparable aux difficultés rencontrées par un enfant gaucher contraint d’être droitier…

La règle d’or pour les parents reste le respect de l’enfant dans son utilisation de sa main gauche afin de ne pas perturber son apprentissage de l’écriture notamment mais aussi ses capacités générales dans la vie de tous les jours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *