Tout droit venues des Etats-Unis, les élections de mini-miss fleurissent en France. Plusieurs comités lancent des castings pour trouver la mini-miss de l’année.

Quels sont les effets de cet engouement précoce pour les petites filles ?

Les concours de beauté pour fillettes font légion aux Etats-Unis où des parents n’hésitent pas à perturber totalement le rythme de leurs enfants, à leur faire boire du café pour les pousser vers le podium et la couronne.

Des images de petites princesses âgées de 3 à 12 ans parfois même moins, tirées à quatre épingles, maquillées comme des poupées, coiffées comme des stars, voire même revêtues de tenues sexy comme c’est aussi le cas lors des concours américains, peuvent nous laisser perplexes…

On peut s’interroger sur le réel désir des fillettes à participer à de telles compétitions. En effet, les préparations sont longues, il faut se tenir correctement, attendre de longues heures, se plier à des horaires pas toujours adaptés aux jeunes enfants (se lever à l’aube pour parcourir des kilomètres avant d’arriver sur les lieux de la manifestation)… Ne se trouve-t-on face à la réalisation d’un désir par procuration des mamans qui rêvant petite fille de participer à des concours de miss poussent leur progéniture à leur faire, même inconsciemment ?

Les petites reines de beauté déguisées en petites femmes fatales, maquillées à outrance, adoptant des postures suggestives… voilà de quoi heurter les professionnels de la petite enfance et les parents lucides.

Quand on sait qu’aux Etats-Unis des parents n’hésitent pas à mettre des perruques à leurs petites filles ou pire encore à leur faire des UV pour un teint hâlé, à leur faire placer de fausses dents (pour masquer ces petits sourires édentés caractéristiques des fillettes qui ont perdu leurs dents de lait), leur poser des faux ongles, des bigoudis chauffants pour obtenir une chevelure ondulée,

S’il est amusant pour une petite fille de se déguiser en revêtant de belles robes, de se maquiller un peu pour jouer avec ses petites copines, de mettre de petits escarpins à talons, telle une princesse, cette attitude est néfaste lorsqu’elle se répète chaque week-end, et vise à remporter un prix, un concours avec au bout une couronne, un voyage, de l’argent…

Une course aux trophées de beauté qui déstabilise totalement les enfants, leur rythme de vie, les horaires des repas, du coucher… avec une incidence sur l’estime de soi que peut avoir l’enfant en cas d’échec mais aussi lorsqu’il remporte le concours.

Et que dire des problèmes liés à la nutrition ? à l’heure où les jeunes filles, adolescentes sont de plus en plus enclines à une silhouette filiforme et parfaite calquée sur les photos (retouchées) des magasines, on peut s’interroger sur l’incidence de tels concours de beauté pour de jeunes enfants, sur les conséquences pour leur attitude face à l’alimentation et pour l’image qu’elles peuvent ainsi avoir de leur corps à un âge où leurs intérêts devrait être tourné vers les poupons ou autres jeux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *