Comment soutenir un enfant lors d’un divorce

Gérer une séparation et préserver ses enfants.

Séparation des parents et rupture de l’équilibre familial, les conséquences sur les enfants et leur vie future.

Un divorce, une séparation des parents signifie aussi un grand chamboulement dans la vie d’un enfant. Que faire, ou ne pas faire pour aider l’enfant à surmonter cette épreuve du mieux possible ?

Un divorce marque la fin d’une famille unie sous un même toit. La rupture entre les parents n’est pas uniquement un choix sentimental, relationnel et social.
Elle représente pour les membres qui la vivent et la subissent un traumatisme qui peut avoir d’importantes répercussions sur la santé tant mentale que physique des enfants notamment.

Le divorce comme conclusion ultime d’une histoire d’amour est extrêmement douloureux pour tous les membres qui composent le noyau familial, qui entraîne en tout premier lieu la rupture de l’organisation familiale et affective avec une perte de sécurité jadis assuré par le partage du quotidien.

Les enfants dans le divorce
Les enfants qui assistent à des scènes de dispute constantes entre leurs parents subissent des dommages dans leur développement physique, psychologique et social qui peuvent être comparés à ceux subis par des enfants maltraités.

Il a en effet été démontré que les stress les plus insidieux sont ceux que les enfants vivent dans leur relation avec leurs parents dont ils dépendent affectueusement.
Les enfants élevés dans une famille où une nette hostilité persiste entre les parents sont plus agressifs, irritables ou soumis et ont souvent des difficultés scolaires.

La chose la plus préoccupante réside dans le fait que les enfants ont tendance à vivre la séparation de leurs parents comme une trahison, ou à se sentir responsables de ce qui survient dans leur famille.
Dans la majorité des cas, l’enfant pense que ses parents ne l’aiment plus, ou tout au moins celui avec qui il ne vit plus, il se sent abandonné, trahit et vit une profonde déception.

Même s’il est vrai que les enfants souffrent de voir leurs parents se disputent sans cesse, il est vrai aussi qu’ils souhaitent les avoir tout deux à leurs côtés.

De plus, il semblerait que, contrairement aux adultes qui ont tendance à s’adapter aux angoisses répétées, les enfants réagissent comme si tout arrivait pour la première fois ne parvenant pas à vaincre la douleur psychique lié à la perte des êtres chers à leurs côtés.

Les signes de mal-être :
Les signes que nous évoquons ci-dessous doivent alerter les parents lesquels doivent dès lors être vigilants :
– troubles du comportement tels que l’agressivité, la cruauté envers les animaux, l’hyperactivité, les comportements violents avec les autres et avec lui-même.
– troubles au niveau émotionnel : anxiété, déprime, manque de confiance
– difficultés à l’école : troubles inhabituels de l’apprentissage, mauvais résultats
– symptômes psychosomatiques : anxiété, troubles du sommeil, cauchemars, troubles alimentaires.

Une perception différente du divorce selon l’âge
Pour protéger du mieux possible les enfants d’une situation aussi déstabilisante que peut l’être celle de la séparation conjugale, il faut avant tout tenir compte de leur âge.

L’enfant jusqu’à 5 ou 6 ans n’est pas en mesure de raisonner sur ses émotions.
Raison pour laquelle il est nécessaire d’essayer de ne pas l’impliquer, lui parler de ce qui se passe de manière synthétique sans s’étaler sur les détails, en le rassurant sur l’amour que lui porte chacun de ses parents.
Des explications trop détaillées des faits ne pourraient qu’augmenter la tension de l’enfant lequel n’est pas en mesure de la gérer.

L’enfant un peu plus grand (env. 10 ans) est en revanche en mesure de mettre de côté les pensées indésirables et les émotions douloureuses.
Cela ne veut pas dire qu’il doive devenir un moyen de défense impropre dans les mains des parents qui sont souvent eux aussi déstabilisés et sont à la recherche d’un présumé appui, d’une complicité de leur enfant.

Il convient de respecter le rythme de l’enfant, d’attendre ses questions pour y répondre de manière sincère et authentique.

L’important est de rassurer l’enfant sur l’affection et l’amour que lui portent ses parents quelle que soit la situation, de lui faire comprendre que la séparation ne signifie pas la perte de l’un des deux, même si chacun vit sous un autre toit, l’amour des parents pour leurs enfants reste intact.

One thought on “Enfants et séparation des parents

  1. bonjour, je me suis séparer du père de mes deux enfants. au début j’ai eu l’impression que les enfant réagissez plutôt bien… mais en fait au bout d’un mois de séparation mon ainé qui va avoir 3 ans au mois de juin présente des trouble du sommeil et de l’agressivité, envers moi et son petit frère. il ne veux plus dormir, et parfois refuse de s’alimenter. il a fait aussi une rechute dans la propreté. je me sentais perdu, mais après avoir lu cet article je commence un peu a comprendre même si pour moi la situation est difficile.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *