Mon enfant ment comme il respire, que faire ?

Histoires inventées, mensonges et fabulations des enfants.

Tu dis un mensonge… ton nez va s’allonger… Comment réagir face aux mensonges des enfants, quelles sont les limites tolérables ou non ? Découvrez tout sur les raisons qui poussent les enfants à mentir.

Petite histoire pour embellir le quotidien, pour se transformer en héro d’un jour ou d’un instant ou réelle habitude de l’enfant ? Le mensonge fait partie des phases de développement des enfants. Quand et pourquoi s’inquiéter du mensonge de nos enfants ? Pour tout savoir sur le mensonge des enfants, parcourez notre site.

Les mensonges des enfants sont inévitables et tout à fait classique dans leur développement voire nécessaire.
Ce qui compte face aux mensonges des enfants, c’est avant tout la réaction de l’entourage.

Une phrase qui ne sonne pas juste, un air embarrassé qui cache quelque chose, une justification tirée par les cheveux… Un jour ou l’autre, la question fatidique tombe : « Tu me dis un mensonge ? »
Si la réponse est affirmative, contentez-vous de ne retenir que le côté positif de l’aveu de l’enfant : votre rapport avec lui fait alors un pas important en avant.
Pour quelle raison ? Tout simplement parce qu’à partir de là, vous allez commencer à connaître davantage votre enfant.
En effet, en tentant d’analyser le contenu et la teneur des mensonges de vos enfants, vous entrez dans leur univers ce qui vous permet de mieux les appréhender.
Un peu comme pour les rêves, les mensonges sont en fait le reflet fidèle de leurs besoins, de leurs envies et de leurs peurs.

Pourquoi les enfants disent-ils des mensonges ?

Il n’est pas rare que les enfants mentent, inventent de petites histoires dans lesquelles ils embellissent en quelque sorte la réalité ou dont ils se servent pour se donner de l’importance.
Lorsque cela se produit, il ne faut pas oublier que pour eux, ces histoires sont véritables, tout au moins jusqu’à l’âge de 5 ans, âge auquel l’enfant n’a pas de frontière entre l’imagination et la réalité.
D’autres fois, notamment lorsque l’enfant a plus de 6 ans, les mensonges expriment un mal-être, une difficulté face à laquelle l’enfant cherche un soutien par le mensonge.
Un enfant qui par exemple raconte qu’il a plein d’amis à l’école, alors que cela est faux, traduit en fait son sentiment de solitude et se rassure lui-même en s’inventant son monde.

Trop de mensonges ? Pas assez de mensonges ?

Dans la plupart des cas, ce n’est pas tant le type de mensonges qu’il faut surveiller mais la quantité et la fréquence à laquelle l’enfant ment.
Des mensonges constants ou trop fréquents doivent inciter les parents à réfléchir sur les raisons qui peuvent pousser leur enfant à cacher la vérité.
Il s’agit probablement d’une tentative de dissimulation inconsciente d’un problème, d’un état de mal-être.
Tentez alors de comprendre le manque de l’enfant et de l’aider progressivement à faire la distinction entre ses désirs et le monde réel.

De la même manière, l’absence totale de mensonge doit elle aussi mettre la puce à l’oreille des parents. Le comportement d’un enfant qui ne dit jamais de mensonge fait souvent la fierté des parents mais en réalité on se trouve alors face à un petit qui n’a pas encore construit son propre espace personnel et ses secrets.
Il s’agit alors d’un enfant qui n’a pas encore fait la distinction nette entre lui-même et autrui, prouvant qu’il ne parvient pas encore à se détacher de maman et papa et ne parvient pas à grandir.

Le mensonge doit en effet être considéré comme une frontière entre le monde personnel et le monde extérieur, il représente un « non », qui veut dire aux autres, mais surtout à ses parents, « toi, tu ne peux pas toujours tout savoir de moi ».

Comment réagir face à un mensonge ?

Avant de réprimander un enfant suite à un mensonge, il convient de réfléchir quelques instants et d’être attentif à la réaction de l’enfant face à votre découverte du mensonge.

Apprenez à contrôler votre déception :
Les parents ne doivent en aucun cas s’inquiéter ou pire se sentir trahis par de petits mensonges sans conséquence.
Par la fabulation, l’enfant se construit son propre espace de vie, un monde secret à mi chemin entre réalité et rêve, un monde dans lequel il peut transposer ses émotions ou sentiments qu’il ne souhaite pas dévoiler aux adultes par honte ou jalousie.
Rappelez à l’enfant qu’il est bon de dire la vérité.
Aidez-le en ce sens à être honnête, essayez de gagner sa confiance en évitant à tout prix de le punir en cas de mensonge.
Encouragez-le au contraire au dialogue pour limiter les mensonges.
Entrez sur la pointe des pieds dans le monde mensonger de votre enfant.
Prouvez que vous êtes en mesure de déceler ses fabulations mais en faites pas de cette capacité un honneur au risque de conforter votre position de parent sans tenir compte de la sensibilité de l’enfant.

Veillez systématiquement à évaluer la gravité du mensonge, ses éventuelles conséquences sur l’équilibre de l’enfant, de la famille ou les risques réels.
Si vous estimez que votre enfant fait du mensonge un art de vivre, parlez-en à votre pédiatre ou à un spécialiste de la petite enfance, psychologue ou autre qui saura vous apporter son soutien et des solutions adaptées à votre enfant.

One thought on “Les mensonges des enfants

  1. Après discutions avec mon fils de 8ans il justifie ses mensonge par le fait que je le gronde quand il fait des bêtises , alors faut il le laisser faire des bêtises sans le gronder pourquoi il ne mente pas ,je ne crois pas que cela soit la solution à ce moment il fait n importe quoi maman ne gronde pas et tout va bien c est de la manipulation infantile pour moi , je ne sais plus quoi faire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *