Mon enfant a une phobie, comment faire pour l’aider ?

Peur du noir, des chiens, des monstres, des fantômes…

L’imagination sans limite des enfants peut être source de phobies diverses. Aidons-les à chasser leurs démons.

La peur panique d’un animal, d’une situation peut être une réelle source d’angoisse pour l’enfant. Nous vous aidons à comprendre les phobies de vos enfants, à les gérer et savoir comment intervenir pour en venir à bout.

Une simple peur peut se transformer en quelque chose de plus intense, incontrôlable pour l’enfant : la phobie.

Les phobies sont des peurs injustifiées d’un objet, d’un animal ou d’une situation qui déclenche une vive réaction d’angoisse chez le sujet.
Les enfants sont souvent les proies de phobies les plus diverses.

La distinction entre peur et phobie est très délicate.
La phobie se constitue lorsque la peur envahit le Moi de l’enfant, faisant ainsi obstacle à ses capacités d’adaptation et d’évolution.

L’enfant se sent totalement désarmé, il n’est pas en mesure d réagir à la situation qui est source d’angoisse profonde et ne parvient pas à trouver un soutien solide contre ce sentiment négatif.
Souvent l’enfant va choisir un objet « contre-phobique », un gri-gri en quelque sorte qui le protégera de la phobie.

Les différentes phobies des enfants :

Les phobies peuvent être classées en 6 catégories selon leur origine :
Les phobies animales :
Grand classique parmi les phobies des enfants (et des adultes !), les phobies animales vont du serpent, aux araignées, en passant par les oiseaux, les souris, les chiens…
Ces phobies, à l’exception sans doute des chiens, ne posent généralement pas de soucis majeurs dans la vie au quotidien des enfants dans la mesure où le contact avec lesdits animaux peut être évité.

Les phénomènes naturels :
les éclairs, coups de tonnerre, le vent, la pluie peuvent être l’objet de phobie contraignant la personne qui en souffre à rester à l’abri pour ne pas entrer en contact avec ces éléments.

La phobie des autres :
La peur des autres personnes, des étrangers est la première phobie en absolu du jeune enfant. Elle apparaît souvent vers l’âge de 8-9 mois, période à laquelle le bébé se réfugie dans les bras de sa maman et pleure à la vue de personnes qu’il n’est pas habitué à voir.
Cette peur de l’autre cache la peur de l’enfant d’être abandonné par sa maman, ses parents.

Les personnages mythiques :
Monstres, fantômes, ogres… ces personnages imaginaires que l’on trouve dans certains dessins animés, livres peuvent effrayer nos enfants et devenir de véritables phobies.

Certains parents usent aussi parfois de ce stratagème pour faire obéir leurs enfants, pour les faire manger en invoquant la venue de tel ou tel personnage, monstre…

Peur des microbes, de la maladie :
Une phobie qui touche les plus grands, les ados et se transforme par la peur de la saleté, des virus… une phobie qui s’associe la plupart du temps à des rituels pour chasser les angoisses (lavage incessant des mains, nettoyage des poignées de porte…).

Phobie de l’école :
La phobie de l’école s’observe chez les enfants qui, pour des motifs insensés, refusent d’aller à l’école et qui sous la contrainte s’y opposent avec de vives réactions d’angoisse et de panique, qui peuvent s’accompagner de vomissements, de diarrhées, pleurs désespérés.

Cette phobie peut être due à la peur de l’enfant de se séparer de sa famille, notamment de la mère, et de la crainte que quelque chose lui arrive en son absence.
Dans le cas de la phobie de l’école, il est avant tout nécessaire de rencontrer le maître ou maîtresse d’école de l’enfant afin d’aborder le sujet et voir si des éléments ne sont pas à l’origine de cette angoisse.

Comment aider les enfants face à une phobie ?
Dans la majeure partie des cas, les phobies s’atténuent ou disparaissent totalement vers l’âge de 7 ou 8 ans.

Il est évident que l’attitude de l’entourage joue un rôle prépondérant dans l’évolution ou disparition des phobies.
Les parents sous-évaluent parfois la peur de leur enfant et peuvent penser que le contact direct avec la situation phobique est la meilleure solution pour combattre l’angoisse.
Or tenter de mettre l’enfant en confrontation avec l’objet, l’animal ou la situation… n’est pas forcément la meilleure solution.

Dans tous les cas, la mise en contact avec l’objet de la phobie doit être progressif et doit être éventuellement effectué après un long dialogue, une préparation afin d’éviter tout effet contraire (crise de panique totale).

Ainsi, un enfant qui a la phobie des chiens pourra être progressivement mis en contact avec un chien (docile !) afin de prendre conscience que sa peur n’est pas justifiée.
On a vu des parents offrir un chiot à leur enfant afin de chasser la phobie.
Généralement, dans ce cas d’espèce, l’effet est garanti et permet à l’enfant de chasser toutes ses angoisses et ses craintes face à cette petite boule de poil inoffensive et rassurante pour l’enfant. Mais toutes les phobies ne sont pas logées à la même enseigne.

Ainsi il parait absurde d’enfermer un enfant ayant la phobie du noir dans une pièce sans lumière… à éviter absolument.

Le dialogue et la discussion sont les meilleurs alliés pour aider un enfant à contenir ses phobies.
Toutes les attitudes de reproche, de moquerie sont évidemment à proscrire même si l’objet de la phobie semble ridicule.
Pour vaincre sa peur, l’enfant ne doit pas se sentir rejeté, isolé et incompris. Il a au contraire besoin de prendre confiance en lui, il a besoin du soutien de la part de son entourage et de compréhension.

Une consultation auprès de professionnels de la santé, psychologues, psychiatres peut aider l’enfant à vaincre ses phobies.

Vaincre la phobie par le dessin :
Une technique a déjà fait ses preuves auprès de bon nombre d’enfants : il s’agit de demander à l’enfant de mettre sur papier l’objet de sa phobie, de le dessiner tel qu’il le ressent (monstre, animal fantastique…).

Très utile notamment pour les enfants les plus petits, ce geste permet à l’enfant de minimiser l’objet de sa peur et permet aussi aux parents de l’identifier.

Vous pouvez ensuite proposer à l’enfant de déchirer le dessin en mille morceaux et de le jeter aux ordures ou de le faire brûler dans la cheminée…
Un geste symbolique grâce auquel la phobie peut elle aussi disparaître.

2 thoughts on “Phobies chez les enfants

  1. La sophrologie aide l’enfant à combattre ses phobies par des respirations et visualisations, elle l’aide aussi à diminuer le stress car les enfants phobiques sont fatigués de stress! C’est important pour l’enfant de pouvoir certes s’occuper du pb qui handicape sa vie mais aussi de souffler, au sens propre et au sens figuré, comme je peux m’en rendre compte au Cabinet, Bon courage à eux et à leurs parents!
    anne-laure mahé, sophrologue, paris,

  2. Bonjour,
    ma fille de 10 ans 1/2 a une phobie prononcée des clochards, sdf ou personnes saoules ou en situation de grande précarité visible; elle fait un amalgame de ce type de personnes alors que moi, sa maman, je n’ai aucun mal à leur parler par hasard …. je ne le fais plus avec elle car ça lui est insupportable et que souvent elle panique tellement qu’elle les repère au loin pour les éviter: nous devons faire détours ou changer de trottoir.
    nous avons décidé avec elle qu’il fallait qu’elle consulte un psy pour remédier à ces angoisses qui deviennent un handicap.
    Je cherche des témoignages de ce même type de phobie et comment aidez-vous vos enfants à s’en sortir.
    merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *