Votre enfant est dyslexique, que faire ?

Enfant et troubles dyslexiques, démarche à suivre.

La dyslexie est très fréquente chez les enfants à des degrés plus ou moins prononcés. L’attitude de l’entourage et des enseignants est capitale dans la bonne gestion de ce trouble.

Comment gérer les problèmes de dyslexie chez l’enfant, comment l’aider à surmonter ce trouble. Que faire et surtout ne pas faire ? Pour en savoir plus, parcourez notre article.

Trouble du langage écrit, la dyslexie se caractérise par une capacité de lecture inférieure à celle que l’on peut attendre d’un enfant à un âge donné.
La dyslexie est un trouble qui chez les enfants s’accompagne de difficulté d’apprentissage.

Selon une étude, environ 3% des enfants présentant des problèmes d’apprentissage sont en effet des enfants dyslexiques.
Malheureusement, dans une majeure partie des cas, la dyslexie n’est pas reconnue et est assimilée à d’autres troubles parfois même d’ordre psychologiques.

La dyslexie, qu’est-ce que c’est ?
Il faut avant toute chose préciser qu’il s’agit d’un trouble neurologique.
Trop souvent, les enfants dyslexiques en bas âge sont accusés de distraction, de rêverie parce qu’ils ne parviennent pas à se concentrer sur une activité.

Pour être soignée, la dyslexie doit être décelée chez l’enfant dès le plus jeune âge.

La dyslexie n’est pas une maladie mais une altération du fonctionnement neuropsychologique qui a des répercussions sur les capacités du jeune enfant à lire et à écrire couramment.

Selon les neurologues, les petits dyslexiques souffrent d’une mauvaise organisation de certaines parties de l’écorce cérébrale qui altère leur fonction première : celle de relier les signes graphiques avec les sons correspondants.
Raison pour laquelle, la lecture et l’écriture fondées sur la correspondance automatique entre les sons et les symboles se transforment en un apprentissage laborieux et fastidieux.

Mais il est bon de préciser que les enfants dyslexiques sont intelligents et ont souvent un grand sens de créativité.
Ainsi de nombreux petits génies ou stars étaient dyslexiques (Walt Disney, Beethoven…).

Les difficultés d’apprentissage des enfants dyslexiques rencontrés en classe est souvent mal interprêtée.
Reconnaître la dyslexie dès le plus jeune âge et la soigner est donc capitale.

Le diagnostic doit être établi par des professionnels. Une des manifestations les plus courantes de la dyslexie est l’échange des lettres (le B devient D, le P devient D…) mais aussi dans la formation de syllabes (LI pour IL…).
Des sons proches peuvent également être confondus tels que le T et le D.

Des tests spécifiques permettent de comprendre le phénomène et d’éviter les erreurs les plus communes.

Les sujets atteints de dyslexie peuvent parfois trouver des stratégies très efficaces pour faire face au désagrément de ce mal, et en quelque sorte cacher inconsciemment leur difficulté.

Le fait est toutefois que bon nombre de dyslexiques excellent dans les domaines les plus divers ayant réussi à tirer partie de leur handicap.

Les erreurs à éviter face à un enfant dyslexique
Souvent le problème est méconnu des parents. Il est malgré tout impératif de ne pas répréhender l’enfant en l’accusant d’agir de mal agir, d’être fainéant ou de ne pas faire d’efforts.
En effet, il est important de ne pas faire culpabiliser l’enfant au risque de créer des souffrances et frustrations inutiles.

Concernant la thérapie, des séances chez des orthophonistes et psychologues seront bénéfiques et permettront de faire face au trouble constaté.
Il n’existe pas à proprement dit de méthode unique car chaque enfant dyslexique est particulier mais il est évident que des mesures prises dès le plus jeune âge seront plus efficaces.

A l’école
Pour faciliter le travail des enfants dyslexiques, l’école joue également un rôle important avec notamment des exercices sur la phonétique lesquels font par ailleurs partie des activités scolaires classiques.

Dans tous les cas et quel que soit le degré de dyslexie de l’enfant, il est capital d’établir un dialogue entre les parents et le professeur des écoles.
Ce dernier doit en effet connaître les difficultés de l’enfant et adapté sa pédagogie en fonction de l’élève.

L’important est de ne pas mettre l’enfant en échec scolaire, de lui permettre de s’épanouir à l’école avec ses camarades.
En ce sens des aménagements peuvent être convenus, les leçons peuvent par exemple être photocopier pour l’enfant qui a du mal à recopier un texte écrit au tableau ; il peut être préférable de ne pas demander à l’enfant de lire à voix haute devant ses camarades.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *