Chutes, bosses, blessures, les petits accidents de parcours

Mon enfant a avalé un petit objet, il est tombé sur la tête… que faire ?

Parce que nous sommes souvent désemparés face aux petits bobos de nos enfants, et pour vous aider à ne pas laisser place à la panique, nous avons souhaité établir pour vous une liste de conseils pour réagir à chaque situation : chute, blessure, objet dans la gorge, dans le nez…

Dès qu’il commence à marcher, l’enfant tombe fréquemment et se met bien souvent dans des situation périlleuses guidé par sa curiosité.
Nous avons répertorié une série des principaux bobos des enfants et les gestes qu’il convient de pratiquer pour les premiers soins.

En cas de blessure, de chute… il incombe aux parents le devoir difficile parfois de ne pas dramatiser et d’essayer au plus vite d’analyser la situation le plus calmement possible afin d’agir en conséquence.
En effet, la préoccupation de la maman ou du papa suite à une simple chute de l’enfant risque d’effrayer encore plus le tout petit et d’aggraver la situation.

Quelques conseils pour faire face de la meilleure manière possible aux petits incidents de la vie quotidienne de nos enfants.

Si l’enfant s’est égratigné, coupé

Il convient avant toute chose de bien nettoyer la plaie avec de l’eau courant pour éliminer les éventuels résidus de terre et autres salissures qui peuvent favoriser l’infection mais aussi pour constater l’ampleur de la blessure.
Il est ensuite indispensable de désinfecter la plaie à l’aide d’un désinfectant indolore (qui ne « pique » pas). Vous trouverez en pharmacie, parapharmacie ou au supermarché des produits adaptés à cet usage.
Si la plaie saigne, utilisez des compresses de gaz stériles en tapotant délicatement pendant quelques minutes.
Si malgré tout, le sang coule toujours et notamment s’il coule abondamment, mieux vaut conduire l’enfant chez le médecin traitant ou aux urgences.

Si l’enfant est tombé

Il faut avant tout savoir où l’enfant s’est fait mal. En effet les chocs aux genoux ou aux coudes ont rarement des conséquences. Toutefois si la partie blessée gonfle, mieux vaut amener l’enfant chez le médecin.
La partie la plus exposée est généralement la tête et les coups les plus préoccupants sont ceux reçus sur l’arrière de la tête.
Lorsqu’un enfant tombe, évaluez la hauteur de la chute de l’enfant et la surface sur laquelle il est tombé.
En effet, si l’enfant est tombé du canapé sur le tapis du salon, il est probable qu’il ait avant tout eu une grande frayeur.
Si au contraire, il tombe de plus haut sur une surface dure (carrelage par ex.), le choc aura été plus fort.
Si l’enfant pleure immédiatement et continue à pleurer, c’est plutôt rassurant malgré le choc  : cela signifie que l’enfant réagit.
Si en revanche suite à une chute l’enfant reste un peu assommé, est pâle et que les pleurs ne surviennent que plus tard, il est conseillé d’amener voir l’enfant au médecin pour un contrôle et quoi qu’il en soit de rester vigilant et de surveiller l’enfant.
Autre facteur important : si l’enfant vomit immédiatement après le choc, il est probable que cette réaction soit due à la peur (notamment si l’enfant venait de manger). En revanche si l’enfant vomit bien après le choc et qui plus est à plusieurs reprises, mieux vaut consulter un médecin.

Pour prévenir la formation d’une bosse et d’un hématome, appliquez de la glace (des glaçons enveloppés dans un gant par ex.) sur la zone concernée immédiatement après le choc et maintenez pendant une vingtaine de minutes.
Appliquez ensuite une pommade contre les coups (type arnica).
Vous pouvez également donner à l’enfant des granules d’arnica immédiatement après le choc (3 granules).

Si la chute a entraîné un saignement du nez, pour mettre fin à l’hémorragie, appliquez un glaçon sur la narine et serrez les narines.
Ne maintenez pas la tête d’un enfant qui saigne du nez en arrière, mais au contraire légèrement penché en avant.
Si le saignement ne cesse pas au bout de quelques minutes ou si le nez gonfle, consultez un médecin.

Un objet dans le nez, dans l’oreille ou dans la gorge

Il est fréquent que les enfants en jouant enfilent un petit objet (perle ou autre) dans le nez ou l’introduisent dans le conduit de l’oreille.
Vous pouvez alors tenter d’extraire l’objet si une partie de celui-ci est visible et s’il ne présente pas de bord pointu ou piquant afin de ne pas risquer une blessure.
Si votre enfant s’est introduit un objet dans une narine, demandez-lui de se moucher fortement. Vous pouvez aussi injecter du sérum physiologique dans la narine opposée à celle contenant l’objet (à l’aide d’un spray) ce qui incitera l’enfant a soufflé plus fort.
Si vos efforts sont vains, consultez un médecin.

Dans le cas d’un objet ingéré et coincé dans la gorge, plusieurs cas de figure :
Si l’enfant tousse mais respire, il peut parler, mieux vaut le laisser tousser, il est fort probable qu’il recrachera l’objet de lui-même. S’il n’y parvient pas et ressent une forte gêne, amenez-le auprès d’un service hospitalier (le maintenir en position assise) où l’extraction du corps étranger pourra être envisagée.

Si l’enfant ne tousse pas, a du mal à respirer et ne peut pas parler, il vous faut agir vite.
Il est alors conseiller de pratiquer la manœuvre d’Heimlich : positionner l’enfant debout, mettez-vous derrière lui et passez vos deux bras sous les siens. Appuyez un poing sur le haut de l’abdomen (au-dessus du nombril) et positionnez l’autre main sur le poing. Tirez brusquement vers vous (appuyez sur l’abdomen de l’enfant) de bas en haut.
Répétez ce geste au besoin.

S’il s’agit d’un bébé, la méthode de Mofenson est préconisée. Il s’agit alors de coucher l’enfant à califourchon sur une de vos cuisses (vous en position assise sur une chaise), la tête de l’enfant vers le bas puis de frapper brusquement et vivement entre les deux omoplates à l’aide de la paume de la main afin de permettre à l’objet de s’extraire.
Renouvelez ce geste plusieurs fois.

Si l’enfant a ingéré un produit toxique

Les enfants, curieux et aventuriers, sont parfois tenté de goûter à tout même à ce qui est défendu.
Si votre enfant a ingéré une substance nocive (encre, produits de nettoyage, médicaments), il est vivement conseillé de contacter le centre antipoison le plus proche qui sera vous donner les instructions par téléphone pour soigner votre enfant à la maison ou au besoin vous incitera à le conduire à l’hôpital le plus proche.
Dans tous les cas, ne donnez rien à boire ou à manger à votre enfant avant d’avoir eu l’avis d’un professionnel de la santé, Ne faites pas vomir l’enfant sous peine de causer davantage de dégâts en faisant à nouveau passer le produit dans la trachée de l’enfant.
Si vous devez vous rendre aux urgences, pensez à apporter avec vous la bouteille ou le paquet du produit ingéré sur lequel apparaissent les composants du produit.

Si l’enfant s’est brûlé

Passez la partie brûlée sous l’eau froide et la maintenir pendant une dizaine de minutes afin de limiter la propagation de la brûlure.
Appliquez ensuite une crème spéciale brûlure sur la zone concernée.
En présence de cloques, agissez avec précaution afin de ne pas faire éclater les cloques.
Si le vêtement de l’enfant reste collé à la peau, mieux vaut conduire votre enfant aux services des urgences ou chez votre médecin afin de ne pas provoquer davantage de dommages.

Dans tous les cas, vous pouvez pour avoir le soutien et les directives de professionnels de la santé, appelez le Samu (15) où une évaluation du degré de risque et des instructions vous seront données.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *