Quels sont les signes d’un déficit de l’attention chez l’enfant ?

Faisons le point pour en savoir plus.

Déficit de l’attention, hyperactivité et impulsivité mais aussi tête en l’air, rêveur et difficulté de concentration, tels sont les principaux troubles qui affectent un enfant atteint de TDAH.
Faisons le point pour en savoir plus.

Echec scolaire et déficit d’attention vont souvent de paire. Parce que les parents sont souvent inquiets face à l’échec scolaire de leur enfant, parce qu’ils ne souhaitent que son bonheur et sa réussite, nous avons choisi de présenter un dossier sur le trouble du déficit de l’attention.

Des enfants qui sautent, courent, dansent et ne s’arrêtent jamais un peu comme s’ils étaient entraînés par un moteur inépuisable, des enfants qui font des bêtises…. face à des parents souvent désemparés et qui ont d’énormes difficultés d’éducation, tel est le lot des enfants atteints d’un trouble du déficit de l’attention.
Le TDAH (Trouble du déficit de l’attention et hyperactivité) touche environ 4% des enfants en âge scolaire.

A l’école, ces enfants sont aussi très agités et ce sont souvent ceux que les professeurs voudraient ne plus avoir dans leur classe ! Ils se lèvent sans cesse, embêtent leurs petits camarades, non par méchanceté mais parce qu’ils ne tiennent pas en place, ne parviennent pas à effectuer les devoirs donnés par le professeur et finissent souvent par changer d’école.

Leur profil scolaire, en raison de cette incapacité à se concentrer qui les touche, est souvent marqué par l’échec.
Une relation qui est aussi difficile avec les enfants du même âge, avec les frères et sœurs et avec les adultes en raison de cette impulsivité qui les caractérise.

Les enfants atteints d’un trouble du déficit de l’attention ne sont nullement responsables ; ils sont affectés par un trouble organique des neurotransmetteurs cérébraux qui commandent l’attention.
Les parents ne sont pas plus responsables mais leur position est délicate dans la mesure où ils se retrouvent en situation d’échec dans l’éducation de leur enfant et sont souvent affublés d’incapacité dans leur rôle d’éducateur avec un œil critique de l’entourage.

Cette pathologie est assez méconnue, difficile à diagnostiquer et souvent minimisée ou banalisée et par conséquent incorrectement traitée.
Qu’est-ce qui distingue un enfant vif, agité d’une affection telle que le TDAH ?

Difficile à expliquer en quelques mots, mais des signes d’alarme doivent permettre aux parents de pratiquer des examens approfondis :

Il ne prête jamais attention aux détails ;
Il a des difficultés à se concentrer sur les devoirs, les jeux pendant une longue durée ;
Il n’écoute apparemment pas ses interlocuteurs et n’exécute pas les consignes données ;
Il a des difficultés à s’organiser dans ses devoirs, dans ses activités et essaie d’éviter celles qui nécessitent un effort mental trop poussé ;
Il perd continuellement ses objets personnels ;
Il répond sans réfléchir avant même que la question ne soit finie de poser ;
Il a des difficultés à attendre son tour et interrompt continuellement celui qui parle.

On trouve aussi une forme plus insidieuse de la maladie, avec un manque d’attention isolée. Il s’agit d’enfants qui ne sont pas hyperactifs ou impulsifs mais qui font uniquement preuve d’un déficit de l’attention. Ils sont donc plutôt calmes mais toujours avec la tête dans les nuages. Le diagnostic est encore plus difficile à établir.
Des symptômes comme ceux indiqués précédemment et qui persistent pendant plus de 6 mois et viennent profondément perturber la vie sociale, scolaire et familiale de l’enfant, méritent l’établissement d’un diagnostic médical.
Le diagnostic n’est toutefois pas simple et immédiat, il sera confié à des spécialistes.
Une thérapie pourra être mise en place (thérapie comportementale avec éventuellement prise de médicaments) grâce à laquelle l’enfant peut considérablement améliorer sa manière de vivre avec son entourage, ses parents, les enseignants, ses camarades…

En revanche, un trouble du déficit de l’attention et hyperactivité non soigné peut être source de graves répercussions psychologiques pour l’enfant au point qu’il pourrait être conduit à abandonner l’école assez tôt, perdre totalement confiance en lui, se sous-estimer et vivre avec des frustrations perpétuelles et des sentiments d’incapacité.
Un ensemble d’échecs qui rend l’enfant plus enclin à des dérives vers l’alcool, la drogue…

Une souffrance qui touche la famille tout entière souvent désemparée et qui met l’enfant en marge d’un contexte social, familial et scolaire avec toutes les conséquences imaginables pour son avenir.

One thought on “TDAH Trouble du déficit de l’attention et hyperactivité

  1. Bonjour

    J’ai trois filles, une de 7 ans et demi, une de 5 ans et la petite dernière de 3 ans et demi autiste

    Ma deuxième fille me pose problème,
    au delà du fait que je dois consacrer beaucoup d’énergie à ma petite dernière autiste, ma deuxième fille présente ces symptômes : assez active, souvent agité, impulsive, difficulté de concentration, ne respecte pas les règles de la maison, n’écoute pas, tiens tête à son père et à moi, fuit les tâches scolaires, est toujours ailleurs, beaucoup de bêtises, coupe la parole, bon elle est capable de jouer à la poupée pendant un certain temps, peu se consacrer à des activités qu’elle aime mais si non quand je suis chez le médecin par exemple, se comporte comme à la maison, et peut être agité et surtout n’écoutes pas du tout, vu ma situation, par moment je suis à bout, j’aimerais savoir si il est nécessaire de la faire consulter par un pédopsychiatre ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *