La génération Facebook, un monde virtuel à risque

Vivre des relations virtuelles, loin de toute réalité, jouer avec sa propre identité pendant la croissance peut venir altérer la formation du psychisme de l’adolescent. Un risque qui est souvent méconnu des parents lesquels n’ont parfois qu’une connaissance très limitée d’internet et de son fonctionnement.

C’est ainsi que l’utilisation à forte dose des réseaux sociaux tels que Facebook , Twitter ou Skype peut avoir une influence négative pour le développement psychique des enfants et adolescents. Les réseaux sociaux peuvent en effet permettre aux jeunes de se construire une image du monde irréelle notamment pour ceux qui passent des heures à jouer à des jeux de rôle.
Un ado qui n’a aucune expérience du monde mais ne voit la vie qu’au travers de jeux en ligne, en réseau avec d’autres ado risque de perdre tout repère dans la vie normale et par conséquent d’une part d’accorder qu’une faible valeur à son identité personnelle dans la vraie vie et en parallèle accorder la plus haute importance au personnage qu’il s’est créé dans le jeu.
Des jeux qui ont aussi une influence considérable sur le comportement de l’enfant. Vulnérabilité, impulsivité et nervosité sont des conséquences pour les joueurs devenus « geek » ou « guik » (accro, passionné sans limite).

L’anonymat et Facebook

Le réseau est la garantie de l’anonymat pour ses adhérents. C’est ainsi que les obstacles liés aux différences d’âge, de sexe, d’origine, de statut social, de distances… sont mis aux oubliettes : la communication et les échanges sont favorisés.
Les problèmes de complexes, de timidité qui touchent bon nombre d’adolescents sont également mis de côté dans le cadre des communications via Facebook.

Lutter contre l’isolement et la solitude

Parce que le passage de l’adolescence est souvent difficile à franchir, la communication par les réseaux sociaux tels que Facebook est aussi un moyen de rompre la solitude, de s’inventer une vie sociale à travers ce « mur » où des « amis » répondent volontiers, apportent leurs commentaires… un monde idéal pour ceux qui ont des difficultés à aller vers les autres au lycée, au collège.
Internet, Facebook et autres réseaux sociaux constituent un monde dans lequel tout va très vite et tout change très vite. Les rencontres, les connaissances entre les personnes se font en un clic, les présentations sont sommaires : on demande à être « ami », on s’échange quelques messages, quelques photos, on partage des goûts communs, on « aime » un même chanteur, une image… et on peut tout aussi vite décider de supprimer quelqu’un de sa liste d’amis, en un clic.

Les risques pour le développement personnel de l’adolescent

Des heures et des heures à tchater avec des « amis », la possibilité de changer son profil en un clic, de s’inventer une nouvelle identité, de changer de tête… sont autant de facteurs qui peuvent influence le développement psychique de l’adolescent.
Une multiplication des contacts avec d’autres ado qui se caractérise en réalité comme un repli sur soi-même de l’enfant à un moment où il devrait au contraire être ouvert sur le monde, sur les découvertes avec les copains avec le risque de créer une dépendance à l’ordinateur, aux jeux en ligne…

Et tout parent sait à quel point il est difficile de rompre cette addiction, de trouver des divertissements autres pour ses enfants, des centres d’intérêt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *