Petit guide pour préparer les vacances en solo de vos enfants

Colonies, séjours linguistiques, vacances chez les grands-parents.

Votre enfant est-il prêt pour des vacances sans vous ? Comment le préparer pour cette nouvelle expérience et faire que son séjour se passe au mieux ?

L’enfant grandit, s’épanouit et les vacances sans papa et maman font partie de cet épanouissement. Découvrons comment accompagner au mieux un enfant dans cette nouvelle aventure pour des vacances sereines loin de ses parents.

Partir seul, être loin de vous et de la maison pendant une semaine ou pendant plusieurs jours, votre enfant sera-t-il capable d’affronter cette séparation ?

Des questions que des générations de parents se sont posées à un moment ou à un autre : des anciennes colonies de vacances qui s’apparentaient plus à des punitions pour les enfants aux centres de loisirs et de vacances actuels, rien n’a vraiment changé du côté des parents et de l’inquiétude suscitée par le départ des enfants.

En règle générale, lorsqu’un enfant arrive vers l’âge de 6 ou 7 ans il a déjà à son actif un certain nombre d’expériences de séparation de sa maman et de son papa : détachement en raison de la scolarisation, séjours chez les grands-parents ou chez des proches de la famille.

Souvent à cet âge, l’enfant est motivé par une vive envie d’indépendance et par le désir de montrer au monde des grands qu’il sait se débrouiller seul.

Comment savoir si l’enfant est prêt ?
Personne mieux que vous ne connaît votre enfant. Vous êtes sans aucun doute en mesure de comprendre si votre enfant est prêt pour vivre cette expérience.

Certains éléments doivent toutefois être observés pour une évaluation globale de la situation. Il est ainsi bon de se poser les questions suivantes :
– L’enfant est-il déjà scolarisé ?
– Et si oui, est-il bien intégré ?
– A-t-il déjà dormi en dehors de la maison (grands-parents, amis…) ?
– Est-il autonome pour s’habiller, faire sa toilette ?
– S’intègre-t-il facilement dans un groupe ?
– Sait-il faire comprendre aux autres ses besoins, ce dont il a envie ?
– Si vous répondez positivement à au moins 3 de ces questions, vous pouvez laisser votre enfant partir en toute sérénité !

Comment savoir si vous parents êtes prêts à laisser partir votre enfant ?
En admettant que votre enfant soit prêt pour vivre cette expérience, il est important de comprendre si vous-même êtes en mesure de la vivre.

L’angoisse de la séparation est tout à fait naturelle mais peut et doit être gérée :
Analysez les sentiments que vous éprouvez par rapport à la séparation et demandez-vous si vous ne risquez pas d’influencer l’attitude de votre enfant.
Essayez de comprendre la teneur de votre angoisse et évaluez en toute sincérité si les risques que vous craignez sont réellement justifiés… quelle peut être la différence par rapport à un séjour de votre enfant en votre compagnie sachant que s’il part il sera entouré de personnes responsables et compétentes ?
Veillez à ne pas transférer votre crainte sur l’enfant.
Trop souvent, les enfants sentant les parents, et particulièrement la maman, sur la réserve, perdent eux-mêmes confiance en eux et ne se sentent pas capables de partir loin des leurs.

Préparation du départ avec l’enfant
De petites attentions peuvent considérablement aider l’enfant dans la préparation de son départ. Avant tout, il est important de faire participer l’enfant à l’organisation du départ.

La préparation de la valise doit être faite avec l’enfant afin d’une part qu’il sache ce qui se trouve dans sa valise et d’autre part qu’il prenne conscience de son départ imminent.

Laissez-lui la possibilité d’apporter un objet qu’il affectionne particulièrement, son doudou ou son jouet préféré.
Il est important que l’enfant ne vive pas la séparation comme un éloignement punitif.

Une fois sur le lieu de vacances, il est important que vous parveniez à limiter votre désir légitime de tout savoir sur les activités, les faits et gestes de l’enfant.
Evitez de téléphoner trop souvent.
Les appels téléphoniques sont souvent déstabilisants pour l’enfant qui peut être amené à penser que vous ne lui faites pas confiance et qui peut ressentir votre angoisse.
Laissez-lui plutôt l’initiative d’appeler quand bon lui semble et intéressez-vous à ce qu’il fait, à ses activités…

Dans le même temps, ne sous-estimez pas ses signaux de mal-être et de difficulté que l’enfant peut manifester.

Si vous sentez l’enfant malheureux, s’il ne parvient pas à profiter de son séjour, pleure fréquemment… peut être vaut-il mieux écourter le séjour et remettre l’expérience à plus tard.

Consultez l’avis des éducateurs, moniteurs s’il s’agit d’une colonie ou autre séjour organisé.
Le problème ne se pose pas lorsque l’enfant est chez des proches, grands-parents ou autres dans la mesure où le contact avec les personnes qui l’accueille est facile pour vous.

N’oubliez pas qu’il s’agit de vacances et non pas d’un séjour forcé !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *